14
Juillet

Encombrement et stress : un cercle vicieux à combattre d’urgence !

Voter
Face à une maison trop encombrée, la déprime est presque inévitable
Face à une maison trop encombrée, la déprime est
presque inévitable

Si le manque génère facilement de la frustration et une angoisse profonde, la saturation, à l’inverse, se présente aussi comme un facteur de stress. L’Homme, s’il ne parvient pas à se nourrir ou à alimenter sa famille par manque d’argent, se sent mal. Mais s’il entasse compulsivement et ne prend pas soin de ranger ses espaces de vie, il menace également son équilibre psychologique. Pourquoi le rangement tient-il une place si importante dans notre équilibre ? Certains chercheurs ont établi des liens solides entre dépression et désordre.

Pourquoi le désordre mène-t-il à la déprime ?

De nombreuses raisons prouvent que désordre et déprime peuvent être liés
De nombreuses raisons prouvent que désordre et
déprime peuvent être liés

Selon l’Américaine Sherrie Bourg Carter, psychologue de profession, le fait de vivre dans une maison encombrée augmente logiquement l’exposition au stress. En effet, dans ce type d’environnement, notre esprit est beaucoup trop stimulé, aussi souvent — voire davantage — que lorsque l’on se promène dans un centre-ville. Finalement, le cerveau ne se repose jamais et ne trouve aucun moment pour se mettre en mode « pause ». Les conséquences ? On se sent excédé sans avoir réalisé de surplus d’activité, et il n’est pas toujours facile d’associer cette sensation de fatigue au désordre ambiant !

Plus généralement, il est impossible de se relaxer dans une pièce qui croule sous les objets. Et si vous envisagez de vous lancer dans des séances de méditation, le combat est perdu d’avance. Votre esprit sera beaucoup trop sollicité pour réussir à se focaliser sur d’autres images, vous ne parviendrez pas à vous détacher du monde réel pour atteindre le niveau de détente visé.

Face à ces objets qui ne sont plus à leur place, dont vous ne vous servez plus et qui méritent simplement d’être débarrassés, la sensation d’avoir toujours du travail à faire persiste. Elle alimente l’anxiété, et même la culpabilité. En effet, comment se reposer alors qu’il y a potentiellement des heures de rangement à effectuer dans le salon ?

Frustré de ne pas trouver ce que vous souhaitez, sans cesse nerveux à l’idée de présenter une maison désordonnée à un invité imprévu, coupable de laisser la situation s’envenimer et désarmé devant tant d’encombrants, vous ne pouvez pas vous sentir bien dans une maison saturée. L’action reste la seule solution pour retrouver un niveau de sérénité acceptable.

Désencombrer un logement, un travail à la portée de tous ?

Tout le monde n'a pas les clés en main pour débarrasser sa maison
Tout le monde n'a pas les clés en main pour
débarrasser sa maison

La psychologue ayant tiré toutes ces conclusions sur le lien entre désordre et dépression se veut rassurante : pour elle, ce facteur déclencheur ne relève pas d’un élément inquiétant, parce qu’il est toujours possible de revenir en arrière, de rectifier les erreurs et de renouer avec le bien-être.

Dans les faits, il est vrai qu’un peu de motivation peut aider à ranger la maison, faire des allers et retours en déchetterie, donner ce que vous n’utilisez plus à des associations, vendre les objets de valeur dont vous n'avez plus besoin… De plus, sur la toile et même dans la littérature, beaucoup de personnes développent des méthodes pour mieux prendre soin de la maison. Par exemple, le livre de Marie Kondo a rencontré un succès mondial — et il repose uniquement sur la description de bonnes habitudes à prendre pour garder seulement l’essentiel chez soi.

Pour aider les victimes d’encombrement à se sortir de leur situation, plusieurs solutions existent. Tout d’abord, faire appel à ses amis et à sa famille, parce que l’on procède toujours plus vite à plusieurs. Si l’un de vos proches possède une camionnette, demandez-lui de l’emprunter, pour faciliter le transport des encombrants. Vous pouvez aussi solliciter quelqu’un qui est habitué aux travaux physiques, pour porter les meubles lourds à évacuer.

Malheureusement, tout le monde ne peut pas compter sur des proches disponibles et prêts à se déplacer pour débarrasser la maison. Dans ce cas particulier, si vous vous sentez seul et démuni, contactez rapidement l’entreprise Art-Emis : nous interviendrons chez vous dans les meilleurs délais, après avoir validé avec vous un devis totalement transparent, sans risque de mauvaise surprise.

Les sujets anxieux, plus désordonnés que les autres ?

Les personnes anxieuses ne sont pas forcément moins ordonnées
Les personnes anxieuses ne sont pas forcément
moins ordonnées

Puisque les professionnels s’accordent sur le lien entre la vie dans un environnement saturé et l’état angoissé voire dépressif, on en vient à se demander si les personnes stressées n’ont pas plus tendance à s’encombrer.

Ici, impossible de faire des généralités. Les personnes mal organisées ont pour coutume de moins bien ranger leur maison, de faire traîner les tâches de tri ou de remettre à plus tard la vente des encombrements et les envois en déchetterie. Du côté des sujets stressés, certains sont tellement rongés qu’ils vont accumuler tout un tas d’objets de façon incontrôlable : il s’agit d’une maladie que l’on appelle syllogomanie, pour laquelle une approche pluridisciplinaire (médicale, psychiatrique et débarras de la maison) s’impose.

Paradoxalement, d’autres individus très nerveux de nature accordent beaucoup d’importance à la propreté et au rangement, ne laissant pas aux affaires le temps de s’entasser dans les pièces de la maison ou les placards.

En somme, impossible de réaliser des raccourcis ou de fonctionner selon des idées reçues : les grands stressés ne sont pas forcément plus désordonnés ! Suite à des événements difficiles, tout le monde peut un jour se trouver dans un logement saturé, après avoir délaissé son entretien pendant trop longtemps… Tout n’est pas une question de caractère : le contexte de vie joue un rôle majeur sur les habitudes et la tendance — ou non — à ranger.

Débarras : les indices qui prouvent que vous devez réagir !

Dès lors que vous ne supportez plus votre lieu de vie et que vous ne parvenez plus à vous y détendre comme d’habitude, vous devez vous demander si cela ne provient pas du désordre ambiant. Théoriquement, on doit retrouver chez soi une véritable sérénité, la maison est un cocon dans lequel la sensation de protection est habituellement totale.

En ce sens, si vous ne réussissez plus à nouer avec ces ondes positives chez vous et que vous ressentez plutôt des ondes négatives, contactez Art-Emis. Nous viendrons chez vous, nous analyserons votre cas et nous vous ferons une proposition honnête et adaptée à la situation.